Si le confinement est une situation difficile à traverser sur le plan relationnel, le déconfinement à venir pourrait bien l’être tout autant. Un check up intérieur de ses besoins et limites est une voie pour déconfiner sans se déchirer. 

Le confinement, un cadre rassurant ? 

Les huis clos imposés par le confinement ont vu la résurgence de certains conflits, voire leur intensification. De nombreuses personnes souffrent de la distanciation physique, sont submergées par leurs émotions et se replient sur elles-mêmes. 

Pour autant, les témoignages se multiplient dans la presse sur un art de vivre confiné qui serait moins difficile à supporter que la pression sociale habituelle, tout comme des temps de transports éprouvants, des relations de travail dégradées, etc.  

A écouter les personnes que nous accompagnons, il semblerait surtout que le confinement offre un cadre qui est clair, commun et qui a du sens. La règle est la même pour tou-te-s. La distanciation physique et la privation de moments collectifs est comprise car nous savons pourquoi ces règles ont été mises en place. Pour nous protéger. 

Le déconfinement ou le grand retour du libre-arbitre 

A l’annonce du déconfinement, le cadre, paradoxalement rassurant malgré la contrainte, se fissure. En dépit des règles fixées par le gouvernement, chacun va être appelé à s’interroger sur ce qui est acceptable pour lui et s’ajuster avec son/sa conjoint-e, sa famille, ses amis, ses collègues… 

Des questions récurentes émergent d’ores et déjà : “est-ce que je remets mes enfants en collectivité ?” Et si oui, est-ce possible de revoir d’autres membres de la famille, des amis, des voisins ?” “Dans quels cas je prends les transports, pour quels motifs je me rends sur mon lieu de travail ?” “Quelle réunion est jugée assez importante pour prendre le risque de sortir de chez moi ?” 

Nous allons passer d’un cadre normatif (“les déplacements sont interdits sauf…”) à un cadre incitatif (“Il est recommandé de…”). Et c’est peut être là que des conflits se profilent : Comment s’accorder avec mon partenaire sur la garde des enfants ? Comment vais-je expliquer à mon N+1 que je ne veux pas revenir au bureau ? Comment vont réagir mes proches lorsque je vais leur proposer de les réunir ?”

Après une période de confinement strict, nous voici livrés à notre propre discernement dans notre vie sociale. L’État relâche sa contrainte. Il s’agit de retrouver notre capacité de décision et d’action dans le respect de nous-mêmes et des autres.  

Comment déconfiner sereinement ? 

S’agissant des règles et du cadre, l’idéal serait qu’ils soient les plus explicites possibles et clairement justifiés. De nombreux conflits naissent du fait que la règle est incomprise ou semble inadaptée. Il ne suffit pas d’informer sur l’existence d’une règle pour qu’elle soit bien appréhendée. L’objectif poursuivi par cette règle doit également être expliqué pour prévenir l’émergence de malentendus, de ressentiments et in fine, de conflits. 

A titre individuel, pour aborder sereinement ce déconfinement, nous vous invitons à vous interroger sur vos besoins et vos limites, en faisant un check up intérieur :

#1 – Prendre le temps de s’arrêter, faire un stop mental et physique

#2 – Etre à l’écoute des émotions positives et négatives qui viennent en pensant à ce déconfinement qui arrive

#3 – Mettre des mots sur ce qui se passe en soi

#4 – Identifier les besoins profonds, les valeurs auxquelles on tient, ce qu’on a envie de nourrir 

#5 – Comment pourrais-je nourrir, épanouir, développer moi-même ces besoins, désirs, valeurs ? 

#6 – Quelle demande pourrais-je faire à mes proches, mes collègues pour contribuer à ce besoin ?

Une fois ces besoins clarifiés, il est possible d’engager la discussion avec celles et ceux qui ont leur mot à dire dans la mise en oeuvre de votre déconfinement.

Si cette conversation vous paraît trop difficile à mener, un tiers médiateur peut vous aider à démêler cette situation et vous accompagner pour aborder de manière apaisée les modalités de déconfinement avec vos proches.

 

NB : S’agissant des effets du confinement, nous n’évoquons pas ici les violences intra-familiales qui ont explosé pendant cette période. Celles-ci ne sont pas du ressort des médiateurs que nous sommes,  la police, la justice et les nombreuses associations spécialisées sont les interlocuteurs appropriés. 

 

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Un Deux Tiers

Un Deux Tiers est un collectif de médiateurs
qui peut vous aider à démêler des situations conflictuelles et à recréer du lien.

Nous parlons de…

Parlons-en

Vous souhaitez en savoir plus, parler médiation, ou faire appel à nos services ? N'hésitez pas à nous contacter.